Affirmer le rôle environnemental de la Plaine

La future forêt sera ponctuée de clairières permettant de faire varier les paysages et de multiplier les activités (loisirs, détente, observation de la faune et de la flore…).

L’aménagement forestier de la Plaine est un projet emblématique du XXIème siècle, marqué par de forts engagements en faveur de l’environnement. Ce futur « poumon vert », intégré à la ceinture verte régionale, sera un atout majeur pour la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique.

La Plaine, en tant qu’espace naturel et agricole à l’interface de plusieurs aires urbaines, présente un réel potentiel environnemental. Toutefois, les incertitudes sur le devenir des exploitations agricoles, l’augmentation du nombre d’occupations illégales et la pression foncière exercée sur les espaces libres en Ile-de-France, pourraient remettre en question le caractère naturel  de la Plaine. Le SMAPP a donc fait le choix de mener un projet durable, à même de pérenniser et de requalifier cet espace naturel au cœur de l’Ile-de-France en contenant l’urbanisation galopante de la zone.

Cette nouvelle forêt assurera le bon fonctionnement des continuités forestières inscrites au SDRIF et les continuités écologiques du Schéma du Cohérence Ecologique (SRCE), particulièrement favorables pour la biodiversité. A l’échelle de l’Ile de France, la forêt viendra compléter l’arc boisé du Nord-Ouest Parisien allant de la forêt de Chantilly à la forêt de Rambouillet : les continuités forestières entre le massif de Saint-Germain-en-Laye et les forêts de Montmorency et de l’Isle-Adam seront concrétisées. L’aménagement forestier viendra également renforcer les corridors écologiques locaux entre la Seine et l’Oise, mais également entre le Parc Naturel Régional du Vexin au Nord-ouest et les bois et parcs locaux (Bois des Copistes, parc de l’Abbaye de Maubuisson…). Enfin, au cœur de la future forêt, l’alternance d’espaces boisés, de clairières et de milieux humides, l’aménagement de trois passages à faune et la création de réserves écologiques sanctuarisées permettra un maintien de la biodiversité actuelle de la Plaine mais également le développement d’une nouvelle biodiversité.

Enfin, la plantation d’un million d’arbres participera à la lutte contre la pollution atmosphérique et le réchauffement climatique : les arbres absorbent les gaz à effet de serre, fixent les poussières et la pollution et sont aussi, en grand nombre, une source de fraîcheur permettant de limiter le phénomène des îlots de chaleur urbains.